Mirage

un solo en 17 scènes

première Théâtre Culturgest
Lisbonne, Portugal, novembre 2014

Le solo Mirage propose, par la danse,
la musique et le film, des réflexions fragmentées
sur l’obscurité de notre époque, et sur la recherche
de la beauté pour lutter contre cette obscurité.

Slide backgroundSlide thumbnail
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide backgroundSlide thumbnail
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
… je pense beaucoup à vous,
à ce que vous désirez …
je sais que vous êtes là …
c’est comme si je pouvais vous toucher,
si seulement je pouvais vous rendre moins flou …
… de l’autre côté de la colline il est apparu,
le paysage étrange … comme un champ de bataille déserté,
envahi par la végétation … un beau champ de bataille …
caché, intacte depuis des années …
… je ne veux pas renoncer à notre capacité d’engendrer
la beauté profonde…je ne veux pas nous permettre
de glisser dans l’âge d’un obscurantisme évolvué
vers lequel nous semblons être dirigés …
… la quiétude est l’amant du mouvement, toujours là, tout près …

 

 

extraits filmé par
Gioia Emidi & Valerija Zabret

mise en scène, composée, chorégraphiée et interprétée par  ANN PAPOULIS

réalisatrice & assistante dramaturge  LUDIVINE LARGE-BESSETTE
tournages supplémentaires  JASNA HRIBERNIK
photos de  GIOIA EMIDI
musique enregistrée  AMPHION MUSIC STUDIO, NYC
clarinette, voix & piano ANN PAPOULIS
sitar & guitare IVAN VRHUNC
flûte  JAMES PAPOULIS
violons  MARY PAPOULIS & DAVE HAB

7 Gold Diamond

presse

26 Sha la vi

Dans l’une des 17 scènes du solo Mirage d’Ann Papoulis,
est projetée une vidéo montrant l’interprète debout, statique, au milieu de la rue à New York,
parmi les passants, tandis que son regard reste fixé sur la caméra…
c’est une rupture dans la réalité qu’elle déclenche,
créant un plan transcendant qui coexiste avec la vie quotidienne qui se déplace autour d’elle…
son corps est immergé dans son imagination…
sa musique se situe entre Laurie Anderson et Diamanda Galas…

GONÇALO FROTA
Ipsilon Publico novembre 2014

À propos du fait d’être seule sur scène, Papoulis dit,
‘Quelque chose se passe là, dans la salle obscure – une beauté, un mystère, une suspension du temps.
C’est quelque chose de très privé qui est partagé et dépend de la présence du public…
Les histoires incorporées à l’intérieur du mouvement pur m’intéressent.
Le mouvement est le point de départ,
mais le mouvement s’étend dans mon imagination, dans mon histoire…’

MARIA JOÃO CAETANO
Diário Notícias novembre 2014

Mirage est divisé en plusieurs chapitres qui utilisent la danse, la voix, du texte et de la vidéo,
y compris des éléments autobiographiques, qui tous évoquent, comme la chorégraphe le dit,
‘une dimension de la vie qui ne peut être ni nommé ni décrit,
 quelque chose, qui plane dans et autour de notre réalité … ‘

CLAUDIA GALHÓS
Expresso novembre 2014

2 SOLOS